Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mars 11, 2009

La banane ;-)

banane.jpgEn fait, cette note pourrait aussi s'intituler "Comment faire sourire 20 femmes en même temps à coup sûr ?"...

Outre le fait qu'il faut au moins réunir 20 femmes à la fois, c'est sûr que si on n'est pas Frank Dubosc ce n'est pas si simple.

Pablo Tegli a trouvé la solution.

Dimanche dernier je suis allé à son stage organisé par Mephisto Tango. Comme je suis arrivé en avance pour le second cours cela m'a permis d'assister à la fin du premier qui portait sur la connexion, les postures et les dissociations.

A la fin, un des exercices consistait pour les hommes à guider des tours en explorant la limite de leur dissociation.

Pablo a ensuite demandé aux femmes de prendre la place des hommes et de guider le même mouvement... Et là, le changement a été impressionnant. Toutes les femmes sans exception se sont mises à sourire franchement.

C'était vraiment frappant. Non pas qu'elles aient eu l'air particulièrement mécontentes auparavant mais à partir du moment où elles se sont mises à guider les hommes la salle entière s'est mise à sourire.

Amis milongueros, si votre partenaire vous fait la gueule, vous savez quoi faire maintenant !

nov. 28, 2007

Adoptez un prof !

Il y a quelques années, étant à la recherche de bons profs et je me rappelle avoir parcouru pas mal de cv parisiens et argentins sur internet.

A l'époque, la plupart des danseurs et des profs se réclamaient de l'enseignement d'autres professeurs prestigieux. En général il y avait des listes assez longues de nom du genre "il/elle a étudié avec le célèbre X, le fameux Y et Z...". Chacun voulant prouver son sérieux et ses références.

4b5fdc57126630a579053cd38a3ee63d.jpgJe m'étais amusé à remonter les graphes de professeurs en professeurs et j'étais arriver à la conclusion quasi mathématique qu'en ce qui concernait la scène parisienne Chicho Marianno Frumboli en était la racine.

Théorie qu'il avait en quelque sorte confirmée dans sa récente "conférence", en disant qu'à un moment donné, il avait eu dans ses cours ou ses stages tous les danseurs et professeurs se réclamant du Tango Nuevo...

Il y a quelques jours, j'ai eu envie de refaire l'exercice pour écrire un article sur ce thème (je suis dans une période modélisation)... et là surprise !

A mon grand étonnement, beaucoup de CV qui, il y a trois ou quatre ans mentionnaient une liste de professeurs, n'y font plus du tout référence.

Je ne vais pas donner de noms ni généraliser outre mesure, mais c'est le cas de pas mal de profs qui ont maintenant pignon sur rue à Paris et Buenos Aires. Essayez par vous même vous verrez. 

Pour beaucoup d'entre eux, la filiation est occultée au profit de la recherche acharnée, personnelle et solitaire avec des phases du genre "Grâce à sa recherche originale, son exploration du tango..."
Force est de constater qu'en gravissant l'échelle de la renommée, ils sont devenus en quelque sorte orphelins...

Bon, les gars, si vous n'arrivez plus à citer vos maîtres, je vais faire un geste : Je pense qu'avec tous les cours et les festivals que j'ai fait, j'ai du être à un moment donné votre élève. Alors allez-y vous pouvez me citer "il/elle a enseigné même à Patadura". 

En fait, quand on y pense, quand on est une feuille de tous les arbres si on retourne les arbres est-ce qu'on n'en devient pas la racine...?

Je sais ça fait peur.

nov. 20, 2007

Edition 2008

fa03042f38d1da46bbadc8ef8f2ec2b1.png
Ca y est ! Elle est sortie !
En même temps, est-ce bien raisonnable... ;-)

août 12, 2007

Dansons sous la pluie

A Paris, comme un peu partout, la plupart des milongas ferment en été. Heureusement il reste les milongas en plein air comme les quais ou celle de Paris plage.

Sauf que cette année on a un beau temps d'automne en août... Mais que fait le gouvernement ?

Comme juin et juillet n'ont pas été particulièrement glorieux, cette année la seule façon de danser en plein air à Paris c'est de faire comme eux :

PS : C'est de la science-fiction cette scène, ils s'en vont sans payer le taxi... Essayez voir à Buenos Aires ;-)

avril 10, 2007

Je l'ai inventé en 1996 !

Ce dimanche j'ai été à un excellent stage de tango organisé par Bahia Blanca avec le fameux Pablo Veron.

J'avoue y être allé autant par curisosité pour le personnage que pour le contenu du stage lui-même. 

Bonne pioche finalement, les deux étaient très intéressants.

Tout d'abord, ce stage m'a permis de confimer indirectement (si besoin était) le côté confidentiel du tango.
En effet durant toute la semaine quand on me demandait ce que je faisais pour Pâques, j'ai répondu que je prenais un stage avec le danseur de tango contemporain le plus connu : Pablo Veron ! ...
Et bien à chaque fois c'était le bide total, personne ne le connait en dehors du monde du tango...

medium_tangomirror.gifCeci dit le stage était très bien. On a exploré en particulier les dynamiques de changement de direction dans toutes les  positions. Ocho avant, arrière, tours... A un moment nous avons fait ce type de mouvement sur une promenade en mirroir. Et là Pablo nous a expliqué qu'il avait inventé ce mouvement en 1996 (pas le mirroir évidemment mais le changement de direction dessus ;-).

Quand on y pense, c'est incroyable le chemin parcouru en si peu d'années... Presque autant que l'immobilisme des 60 années précédentes. 

En fait ce mouvement ne paraît pas aujourd'hui extraordinaire, quand on a compris le guidage organique des changements de direction, c'est juste une de ses déclinaisons.

Et bien en 1996, alors que le tango était déjà plus que centenaire, cela n'avait jamais été fait.

Et c'est vrai que si on part du style milonguero il faut beaucoup de changement pour faire émerger un mouvement pareil : changement dynamique de l'enlacement, guidage organique...

Et en plus il faut pas mal de talent subversion pour aller altérer un mouvement aussi emblématique du tango.

Bon, si un jour j'invente un mouvement je vous préviens ;-)