Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

oct. 03, 2007

La vérité sort de la bouche des enfants

51db667602f4673ffdefdf31c1358be7.jpgJ'adore vraiment cette histoire Tango Bewitchment for All Ages qui vient du blog de Johanna.

C'est une belle histoire que je relis assez souvent ce qui est rare pour un post de blog, pour moi ça fait partie des best off du tango en quelques lignes.

Pour ceux qui ne lisent pas bien l'Anglais, je résume : Johanna raconte qu'elle a fait une démonstration improvisée de tango lors d'un anniversaire d'amis.
Dans l'assistance il y avait une petite fille assez originale qui se passionnait pour l'écriture d'un roman, du genre "Et toi, qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grande ? Romancière".

La petite fille est très impressionnée par le tango et se précipite à sa table pour commencer à écrire une histoire. Après un petit moment Johanna lui demande de lui montrer ce qu'elle a écrit.

Et là surprise ! La fillette a réussi à capturer en quelques paragraphes l'esprit, le ressenti du tango qu'elle vient de voir avec la très jolie description "Elle a doucement glissé son nez près de son oreille et elle lui a soupiré les pas" / "She placed her nose gently near his ear, where she whispered the steps to him."

Outre le côté trop mignon de l'anecdote et qu'on accorde le crédit de la description à la fillette où à Johanna c'est une manière très poétique de décrire le côté magique voire sorcier de la communication femme/homme dans le tango.

En plus, en y réfléchissant du point de vue du guidage, il se passe souvent quelque chose comme ça. Quand je danse bien avec une partenaire, quand cette connexion a lieu, j'ai l'impression qu'une large partie de ce que je danse vient de la danseuse, une peu comme si elle me soufflait les pas...
Et ce n'est pas simplement un question de niveau mais il y de l'inspiration qui vient avec certaines danseuses et pas avec d'autres.

J'entend des fois des femmes qui se plaignent du côté macho de la danse mais la communication, l'interprétation se fait à deux et pas l'homme seul. Et l'influence implicite de la femme est bien plus forte que l'ego masculin n'aimerait le croire ;-)

Sorcières va !