Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mars 20, 2007

De nouvelles sensations

Samedi dernier j'étais à un stage de tango organisé par Mephisto-Tango avec les excellents Pablo Tegli et Victoria Vieyra.

medium_footprint.jpg

On était en train de travailler des tours avec des patatas (coup de pieds) de l'homme au milieu des croisés de la femme avec un changement de poids et sacadas sur le dernier écarté....

Ca devait faire une heure qu'on travaillait ce type de tours, et là...

... Je m'aperçois que c'est pas très clair pour les néophytes.

Donc en fait les patatas ça consiste a donner un coup de pied entre les jambes de la femme sans la toucher en même temps qu'elle tourne autour de vous, c'est une fioriture de de l'homme puisque cela n'a pas d'impact sur les mouvements du couple.
Les sacadas, elles consistent pour le danseur à rentrer dans l'espace laissé par la femme en général dans un mouvement latéral.

Dans le mouvement que je décris il faut enchaîner très rapidement les deux coups de pied tout en tournant sur soi-même puis à changer de poids et à avancer. Tout ça en continuant à guider la femme dans la structure du tour.

Donc, ça devait faire une heure qu'on travaillait ce type de tours, et là...

... J'ai senti une drôle de sensation, une sorte de contraste assez bizarre en le jeu super aérien et détaché des pieds et le côté terrestre et dense du guidage du tour dans le haut du corps. Comme si ces deux parties étaient indépendantes mais avec un logique haut du corps vers la terre et bas du corps vers le ciel alors que d'habitude c'est l'inverse...

C'était vraiment étrange comme impression physique, je crois que c'est la première fois que je ressentais un mouvement comme ça et c'était plutôt agréable.

Enfin je me comprends (c'est déjà ça) !

sept. 28, 2006

Debout les morts !

Extrait d’un cours avec Victoria Vieyra (au passage c’est une de mes danseuses et prof préférée pour son enthousiasme et son énergie). 

Il y avait un élève qui avait pas mal de problème pour dissocier son guidage de ses propres mouvements (e.g. faire un contre temps et guider un temps plein) :

L’élève : « Donc pendant que je fais mes mouvements la danseuse elle reste inerte »

Victoria : « Inerte…? !»

L’élève : « Ben oui, c’est une expression elle bouge pas… »

Victoria avec une énergie toute argentine : « Il faut faire attention avec les mots, c’est parce qu’on reste immobile qu’on est morte ! Bien au contraire nous les femmes ont doit utiliser ces moments de pause pour être immobile mais présente avec grâce, avec vie ! On est immobile mais pas inerte, pas morte !! »

Victoria enchaîne par une démonstration plus que convaincante de la présence que peut avoir une danseuse même immobile. 

Y a vraiment des trucs en tango qui passent pas par les mots et moi j’aime de plus en plus les argentines, côté énergie elles sont incroyables. 

En même temps faut pas les énerver… Faut faire attention avec les mots !