Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avril 14, 2010

L'étendue des dégâts

club-fulgor.jpgEn 2009, Chicho avait donné une interview dans laquelle il regrettait que les danseurs de Tango Nuevo en soient venus à oublier l'essence du tango. C'est-à-dire que, pour beaucoup, l'enthousiasme pour les mouvements l'emportait sur la recherche de connexion dans le couple.

Avec son humilité caractéristique, il assumait une part de responsabilité en tant que professeur dans cette situation.

Outre la querelle des anciens et des modernes, ce genre de confession avait ouvert la voie à des discussions enflammées (sur le blog de Mephisto Tango par exemple).

Pour autant, j'avais trouvé que Chicho s'auto-flagellait un peu quand même, en tout cas pour Buenos Aires. Jusqu'à ce que...

... J'aille samedi soir à la milonga10, au Club Fulgor.

C'est une petite milonga de quartier avec toutes les classes d'âge representées. Il y avait même un couple de vieux champions du monde de Tango Salón dont je n'arrive pas à me souvenir le nom. A priori la milonga classique donc pas spécialement Tango Nuevo.

Quand je suis arrivé il devait y avoir 10 couples sur la piste.

Sur les 10, il y en avait au moins 8 qui dansaient sans aucune connexion. Beaucoup de technique, des numéros de virtuosité plus ou moins mal executés mais c'est la première fois que je voyais aussi peu connexion et de musicalité à Buenos Aires.

Ce n'était pas du Tango Nuevo en style ouvert, mais la plupart des danseurs qui dansaient en miloguero ajoutaient un tas de figures plutôt nuevo.

A priori c'était plutôt bien techniquement sauf que c'était fait sans aucune recherche de connexion et pas vraiment de musicalité. Une bonne dose de narcissisme genre : si je fait deux tours avec trois sacadas et deux ganchos alors qu'il n'y a le temps que pour un pas de côté c'est quand même mieux, non ?

A un moment un des virtuoses est venu inviter la vieille dame, le coté sympa de danser avec un icône du tango j'imagine. Ca a pas raté il a passé la tanda essayer de lui faire des figures.

Bon là j'avoue que j'ai compris oú Chicho voulait en venir...

Voilà, certains mauvais travers du tango (et pas seulement du Nuevo) ont fini par arriver à Buenos Aires. La bonne nouvelle c'est que c'est loin d'être le cas général, jusqu'ici c'est la seule milonga où j'ai vu autant de problèmes.

Pour couper court à certaines polémiques; non, personne ne se rentrait dedans à la milonga10 malgré les différences de style et d'éxecution... 

juil. 24, 2007

Driiiing !

En quoi le Tango Nuevo (en tout cas sa musique) s'inscrit-il parfaitement dans son temps ?3b0294c7e22c978a84e64c12a5d6313e.jpg

Réponse : C'est le seul tango ou les sonneries de téléphones mobiles ne dérangent ni les cours, ni les spectacles, ni les milongas... avec un peu de chance ça passe comme un sample ;-)

févr. 06, 2007

Como se cambìa la vidad

Et oui, les choses changent...

Ce qui est amusant quand on revient au meme endroit a intervales reguliers, c'est qu'on constate les changements doucement mais surement.

Je voudrais pas trop generaliser apres quelques milongas et pratiques mais j'ai quand meme la sensation de certaines evolutions a Buenos Aires par rapport aux annees precedentes.

Tout dabord le Tango Nuevo est beaucoup plus present, il n'y a quasiment pas un soir sans une pratique ou une milonga pur Tango Nuevo, et franchement c'est un vrai regal.
Des salles jeunes, avec un niveau de folie aussi bien en technique qu'en creativite, ca me donne vraiment l'impression que le tango nuevo passe d'un monde experimentale a la vrai vie et en grand, bref ca respire !

Bon, jusque la vous pourriez me dire que j'ai rate les bons endroits les annees precedentes et c'est probablement le cas, mais le fait que j'y sois aller aussi facilement cette annee demontre quand meme que c'est moins confidentiel qu'avant.

Par contre j'ai remarque une "diffusion" du Tango Nuevo dans les milongas classiques. Prenons le Salon Caning : il y a un an seul quelques couples de touristes se laissaient aller a quelques envolees nuevo, ils s'arretaient en general rapidement devant la sensation de decale pour ne part dire deplace de leur prestation.

Cette annee j'ai vu beaucoup plus de couples se laisser aller et pas specialement des touristes.

En fait c'est assez subtil, il y a toujours un ou deux couples qui dansent milonguero mais avec une expression, un rythme et de figures qui fleurtent clairement avec le Tango Nuevo. Ils dansent fermes, en gardant leur place dans le bal mais avec un style nuevo notamment dans quelques incursions sur le cote ferme, dans les oppositions et dans une musicalite plus energique. En fait j'ai l'impression qu'est en train de se creer un style "Tango Nuevo Salón" qui serait un adaptation implicite du Tango Nuevo aux contraintes du salon.

Ce qui est aussi interessant que cette evolution technique et stylistique c'est l'acceptation de ce style plus generalement. Pour tout dire j'ai vu un couple portegne danser de cette maniere a "El Beso", qui est pourtant un des temples du Milonguero a Buenos Aires (donc au monde ;-), sans declencher une desaprobation generale.

Cette diffusion se ressent aussi dans les modes vestimentaires et l'attitude globalement plus cool qu'on peut percevoir. Il y a trois ans je crois me souvenir que tous les danseurs de "El Beso" portait une chemise, un homme serait venu en tee-shirt n'aurait jamais pu inviter qui que ce soit... Et je suis sur que l'avis general aurait ete que cette recherche vestimentaire etait un signe de respect pour les cavalieres. Et bien aujourd'hui ce n'est plus le cas, le code vestimentaire a largement evolue. 

Je vous laisse conclure et developper : "Tout fout le camp ma bonne dame !" ou "Place aux jeunes !", c'est selon mais une chose est sûre le tango est "alive and kicking", pourvu que ca dure ;-)