Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nov. 20, 2006

Les danseurs de tango meurent aussi

En juin 2005 Carlos Gavito est mort.

Ne vous attendez pas à trouver ici un article nécrologique ou une longue biographie car en fait je ne l’ai jamais rencontré comme danseur, professeur ou artiste.

Cependant son nom ne m’était pas inconnu, de fait « El Gavito » était une véritable figure du tango, il était très célèbre.
Pour ce que j’en ai lu, il était un des piliers et gardiens du style milonguero, un danseur de la vieille garde, tellement connu que ses cours particuliers étaient presque aussi courus que ceux Pablo Veron.

Toujours est-il que ce vieux monsieur est mort au moment du festival d’été de Mephisto Tango à Paris.

Ce fût l’occasion d’un hommage que j’ai trouvé particulièrement poétique et émouvant.

Le DJ a interrompu le bal pour annoncer son décès puis a demandé aux danseurs de quitter la piste et d’écouter en silence un morceau à la mémoire de Gavito.

Il y avait cette grande piste vide avec seulement la musique et le public autour, exactement comme lors d’une exhibition de maestro… 

Franchement c’était comme s’il avait été présent sur la piste pour un dernier tango. Sans le connaître je pouvais me l’imaginer dans cette dernière tanda, glissant sur la musique dans la solitude de cette piste désertée.

Cette sensation, d’autres s’en souviennent sûrement, j’avais trouvé ça très émouvant, un peu comme si l’âme des danseurs disparus restait avec nous sur la piste.

Je ne serais certainement jamais un grand danseur, mais quand viendra le jour je crois que j’aimerais bien avoir la piste pour moi une dernière fois…