Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mai 06, 2011

Accent parisien

drapeau.jpg

A chaque fois que j'arrive à Buenos Aires, il en est de mon tango comme de mon Espagnol : j'arrive avec l'accent français...

Rien à faire, je ne suis pas assez dans le sol, je guide trop avec les épaules et/ou les bras, mon guidage est trop léger, etc... et à chaque fois c'est reparti pour un travail de correction.

Mis à part mes problèmes bien connus de coordination psychomotrice, la bonne nouvelle c'est que l'accent Argentin revient assez vite. 

Reste à savoir s'il va résister longtemps aux milongas parisiennes...

P.S. Par moment je me demande quand même si ca ne fait pas partie du cycle de progression, plus on progresse plus certains détails font la différence, avec en plus la pédagogie qui continue de s'améliorer sur ces axes.

 

mai 04, 2011

Pomme Pomme !

Ils sont quand même excellents los Hermanos Macana ...

Le charme des grandes villes, il faut imaginer que les passants n'ont pas le son, mais personne ne s'arrête pour regarder...

Ça fait aussi une bonne pub pour Apple...

mai 02, 2011

Pocas Polabras

buenos airesComme dit le poète :
"... Pocas palabras vieja amiga
Pocas palabras es mejor..."

Je ne sais pas ce qu'il y a de pire : un prof qui s'écoute parler ou un élève qui s'écoute poser des questions dont il a déjà les réponses ?

Quand on cumule les deux, et ca arrive souvent à Buenos Aires, qu'est-ce qu'on peut perdre comme temps !

mai 01, 2011

Régime Dukan

buenos aires,copelloBon, par essence un séjour à Buenos Aires commence par une phase ultra-protéinéeà base de boeuf argentin, mais ce n'est pas le propos de ce post...

Cours tout niveau un peu étrange à l'école de Copello. 

Copello c'est une école de tango salon très classique, abrazo cerrado, techniques et postures... Pour travailler les basiques c'est très bien. L'ambiance est plutôt familiale avec un bon pourcentage d'élèves argentins.

Là, pour la première fois à Buenos Aires j'ai eu droit à un cours centré sur la musicalité. Abrazo cerrado, pas de pas à apprendre mais simplement danser le plus simplement possible sur la musique.

Et pour la musique les profs avaient décidé de ne mettre que du Gardel ! Et pas que les morceaux orchestraux, non, en 1h30 on a fait une bonne partie du récital et beaucoup de titre avec la guitare comme seul accompagnement.
Franchement il y a des chansons sur lesquelles je n'avais jamais dansé.

Gardel, c'est un peu comme le boeuf argentin, c'est génial mais après 1h30 dessus, le premier Di Sarli que tu entends c'est comme si tu redécouvrais la salade après trois jours d'ojo de bife !  

 

avril 30, 2011

Moment de solitude

buenos aires,studio dniEt pour une fois ce n'était pas moi !

Fin du cours avancé à studio DNI, cours effectivement assez compliqué et moment des dernières questions.

Là une danseuse qui ne doute de rien demande : "Pourquoi on ne ferait pas un groupe de filles et un groupe d'hommes face à face, et chaque groupe répète le mouvement de son côté, ce serait bien, non ...?" 

Magnifique moment de solitude !

Gros silence gêné, tout le monde se regarde comme ébahi par l'obscenité du propos... 

Un des profs finit quand même par prendre la parole pour lui expliquer que ce n'est pas la pédagogie du studio et que quoiqu'il en soit les pas ne sont que des matériaux et pas une fin, etc...

En tout cas la touriste danseuse je ne l'ai pas revue à DNI...

Ceci dit faudrait que j'essaie la question quand les profs se mettent à délirer sur des approches ultra conceptuelles (si, si, ça arrive ;-)