Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avril 20, 2010

Jeux d'ombres

flamenco.jpgVendredi dernier il y avait une démonstration de flamenco à La Villa Malcom.

Le danseur était éclairé par derrière ce qui fait que son ombre était toujours devant nous à ses pieds...

Je me suis fait la réflexion suivante :

Le danseur de Flamenco danse avec son ombre, les danseurs de Tango la gardent pour eux, à l'abri de leur enlacement.

avril 14, 2010

L'étendue des dégâts

club-fulgor.jpgEn 2009, Chicho avait donné une interview dans laquelle il regrettait que les danseurs de Tango Nuevo en soient venus à oublier l'essence du tango. C'est-à-dire que, pour beaucoup, l'enthousiasme pour les mouvements l'emportait sur la recherche de connexion dans le couple.

Avec son humilité caractéristique, il assumait une part de responsabilité en tant que professeur dans cette situation.

Outre la querelle des anciens et des modernes, ce genre de confession avait ouvert la voie à des discussions enflammées (sur le blog de Mephisto Tango par exemple).

Pour autant, j'avais trouvé que Chicho s'auto-flagellait un peu quand même, en tout cas pour Buenos Aires. Jusqu'à ce que...

... J'aille samedi soir à la milonga10, au Club Fulgor.

C'est une petite milonga de quartier avec toutes les classes d'âge representées. Il y avait même un couple de vieux champions du monde de Tango Salón dont je n'arrive pas à me souvenir le nom. A priori la milonga classique donc pas spécialement Tango Nuevo.

Quand je suis arrivé il devait y avoir 10 couples sur la piste.

Sur les 10, il y en avait au moins 8 qui dansaient sans aucune connexion. Beaucoup de technique, des numéros de virtuosité plus ou moins mal executés mais c'est la première fois que je voyais aussi peu connexion et de musicalité à Buenos Aires.

Ce n'était pas du Tango Nuevo en style ouvert, mais la plupart des danseurs qui dansaient en miloguero ajoutaient un tas de figures plutôt nuevo.

A priori c'était plutôt bien techniquement sauf que c'était fait sans aucune recherche de connexion et pas vraiment de musicalité. Une bonne dose de narcissisme genre : si je fait deux tours avec trois sacadas et deux ganchos alors qu'il n'y a le temps que pour un pas de côté c'est quand même mieux, non ?

A un moment un des virtuoses est venu inviter la vieille dame, le coté sympa de danser avec un icône du tango j'imagine. Ca a pas raté il a passé la tanda essayer de lui faire des figures.

Bon là j'avoue que j'ai compris oú Chicho voulait en venir...

Voilà, certains mauvais travers du tango (et pas seulement du Nuevo) ont fini par arriver à Buenos Aires. La bonne nouvelle c'est que c'est loin d'être le cas général, jusqu'ici c'est la seule milonga où j'ai vu autant de problèmes.

Pour couper court à certaines polémiques; non, personne ne se rentrait dedans à la milonga10 malgré les différences de style et d'éxecution... 

avril 13, 2010

Automne Rythmique

Sur le chemin de La Viruta
Bouroum Boum Boum !
Honduras y Darwin
Bouroum Boum Boum !
Les tambours qui répetent sous les arbres,
Bouroum Boum Boum !
Font tomber les feuilles, vertes.

avril 12, 2010

Une journée sans chaussures

uruguay.jpgQuand je suis à Buenos Aires je me promène toujours avec mes chaussures de tango dans leur sac.

Soit je vais a un cours, un practica ou une milonga, soit j'en reviens. En clair je suis toujours prêt...

Comme il ne se passe pas grand chose dans le tango a Buenos Aires le dimanche, je suis allé faire un tour à Colonia en Uruguay, mais sans mes chaussures de danse...

Ça fait bizarre, j'ai l'impression d'être tout nu.

avril 05, 2010

KO technique en 20 secondes

Imagen1.jpgRencontre sportive sur la ringpiste de Milonga Loca dimanche soir :

A ma gauche El Iván, 1m80, 76,5 kg doppé a l'ojo de bife (les 0,5 kg au dessus de la limite), il porte des Studio DNI marrons.

A ma droite touriste blonde, 1m65, poids inconnu, elle porte des "Comme il faut" argentées.

El Iván, s'est déjà échauffé avec une touriste Néo-zélandaise, qu'il a su mener jusqu'à la fin de la tanda.

Le contact a eu lieu par cabeceo, les deux sportifs se rejoignent sur la piste :
Un petit "Hola que tal ?" cordial, on se touche les gants, l'arbitre lance le premier Hugo Diaz.
  0 s : Enlacement,
  5 s : Respiration prise de rythme,
10 s : Début du mouvement, pas latéral,
13 s : Ocho arrière droit,
16 s : Ocho arrière gauche,
19 s : Début de tour,
20 s : KO par arrêt net de la danseuse, "no, no es possible" et retour direct dans son coin.

Ah, ça faisait un petit moment que je ne m'était pas fait jeter dans une tanda. En y réfléchissant, cela ne m'était jamais arrivé au bout de 20 secondes même dans mes pires moments du début. 

Les grandes défaites sont toujours une bonne occasion d'introspection, mais là je vois pas...
Invitation par cabeceo, pas de problème, je n'ai rien forcé, trés facile pour elle de refuser.
Premier mots sympas, courtoisie et respect,
Enlacement normal, main vers le haut, pas de tripotage distance normale et choisie par la danseuse,
Mouvement standards, musique lente pas de brutalité, j'ai bien eu une sensation un peu bizarre au niveau du poids, mais rien d'alarmant.
Hygiène nickel, douche début de soirée et chiclets Mentol Turbo 5 minutes avant, pas de suée (je sais c'est trivial mais ça joue). 

J'aurais bien aimé comprendre parce que la sanction était vraiment violente, mais j'allais pas épiloguer, chacun est libre après tout.

En fait c'est plutôt bien d'avoir le courage d'arrêter de suite plutôt que de passer plusieurs tangos désagréables.

La bonne nouvelle c'est qu'il y a beaucoup de place pour l'amélioration !

Bon vu le cocard, je vais sortir avec des lunettes de soleil pendant plusieurs jours ;-)