Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

août 29, 2006

Dites moi vous !

Quelqu'un a dit (et ça ne doit pas être Woody Allen) : Le secret pour séduire c'est de traiter les dames comme des filles et les filles comme des dames.

Voici donc l'application de ce principe par Jean Gabin dans Pépé Le Moko, une scène de séduction et de danse anthologique :

Quelques répliques mythiques au passage... ils n'avaient peur de rien dans les dialogues de l'époque ! 

Mes dames, attendez la fin du clip pour comprendre le titre de la note et une réplique comme on aimerait en entendre plus souvent.

P.S. En version un peu plus longue et de meilleure qualité au format windows wmv, cliquer ici. Pour tout voir, faites comme moi achetez-le.

août 16, 2006

Milonga Rules of Engagement / Code Pratique

Le "code" implicite d'invitation est comme l'enlacement, il ne se limite pas l'invitation proprement dite mais régit le couple depuis sa réunion jusqu'à sa séparation dans le bal.

Explication préliminaire :
Il faut savoir que comme toutes les milongas, le bal est organisé à Paris par série de morceaux qu’on appelle tandas avec des coupures qu’on appelle cortinas.
Cela date de l’époque où la musique était jouée exclusivement par des orchestres qui exécutaient une série de morceaux avant de faire une pause marquée par la fermeture du rideau (cortina en espagnol).
Aujourd’hui pour marquer la cortina le DJ joue un morceau qui n’a rien avoir avec du tango par exemple du rock, du jazz…
A Paris les tandas comportent généralement 4 à 5 morceaux, avec une fréquence de 2 tandas de tango, 1 tanda de valse, 2 tandas de tango, une tanda de milonga, etc...

Voici les codes d’invitation de la milonga tels que j’ai pu les constater à Paris :

L'invitation :

Le bon moment pour inviter est généralement le début de la tanda mais à Paris les invitations ont lieu indifféremment tout le long du bal y compris pendant les morceaux.
Contrairement à Buenos Aires, les invitations ne se font pas avec le regard, l'homme se rapproche et va inviter verbalement une partenaire, il n’y a pas de formule toute faite.
Cela m’est quand même arrivé de faire quelques invitations avec un simple échange de regard mais mieux vaut ne pas compter dessus à Paris.
Seuls les hommes ont l’initiative de l’invitation, les femmes n'invitent pas mais c'est normal de refuser, en règle générale c'est plutôt poli et cordial.


Pendant la danse :

A Paris on parle assez peu entre les morceaux et pas du tout pendant, le bal démarre rapidement à chaque tango.

L’homme propose l’enlacement c’est la femme qui le choisit. Sachant qu’à Paris les styles d’enlacement ouverts et fermés coexistent les cavaliers ne doivent pas imposer un style fermé à une danseuse qui ne le désire pas.

Si le couple se cogne aux autres, c’est au cavalier de s’excuser. Ce qui faut savoir c’est que Paris ne brille pas par l’harmonie de ses bals, les différences de style et l’individualisme français font qu’il y a rarement un unisson, il ne faut donc pas se formaliser.

Le minimum de politesse est de danser au moins 2 tangos avec de dire « merci et au revoir », une tanda complète est plus correcte. Par contre il n'y a pas de limite formelle à l'exercice.  Le fait d'accepter de danser plusieures tandas de suite n'a pas de signification en tant que telle (A Buenos Aires elle marque clairement un intérêt extra-danse).
En général, je danse facilement trois tandas avec une partenaire.

Quoiqu’il en soit si le partenaire est grossier ou franchement désagréable il ne faut pas hésiter à couper court instantanément. Le tango n’est pas une raison pour supporter les gens odieux, bien au contraire.


La fin de la danse :

Le couple se quitte en se disant merci, le cavalier ne raccompagne pas forcément la cavalière à sa place.
La plupart des gens qui vont danser une autre tanda ne quittent pas la piste pendant les cortinas mais très peu de gens la dansent.
En ce qui me concerne, le bal n’est ni une pratique ni un cours donc je ne me permets aucun conseil ou remarque. Par contre quand on a passé un beau moment ensemble, ça fait plaisir de le dire et de l’entendre... 

Voilà pour la théorie appliquée aux milongas parisiennes.

Pour la pratique je vais vous livrer quelques éléments de pathologie psychologie masculine (la mienne en l’occurrence) qui préside tortueusement à l’invitation.

Quoi qu’en dise certains, je ne suis pas particulièrement suicidaire et être rejeté en public même poliment n’est pas particulièrement agréable. De plus un refus vous condamne généralement le public féminin proche (personne n’a envie d’être le deuxième choix…).

N’étant ni un Apollon, ni Pablo Veron mon problème consiste donc à mettre un maximum de chances de mon côté. Voici donc ce que mon expérience m’a appris :

Éviter le refus : 

  • Danser avec des partenaires que l’on connaît déjà : En fait c’est la tactique la plus simple et elle est copieusement utilisée à Paris où beaucoup de gens viennent en couple et, comme on retrouve souvent les gens qu'on connaît en cours, c'est assez facile de danser toute la soirée sans avoir à inviter quelqu'un qu'on ne connaît pas.
    Ce qui fait que Paris est parfois difficile pour une femme seule…
    J’ai déjà eu plusieurs leçons sur ma timidité par des danseurs qui ne dansent qu’en couple, trop fort… !
  • S’assurer des prédispositions de la danseuse : Si c’est quelqu’un que je n’ai pas encore vu danser, je vérifie les chaussures et j’essaie de voir dans son attitude si elle est a envie de danser, posture ouverte, elle regarde la piste ou l’assistance, elle est détendue, avenante… 
  • Éviter les situations d’échec certain :
    La danseuse est clairement avec un partenaire exclusif,
    La danseuse est dans une situation où l’invitation serait embarrassante, à savoir : elle est en pleine discussion, elle vient d’allumer une cigarette…
    Enfin je n’invite jamais une inconnue que je viens de voir refuser quelqu’un dans un contexte normal (et oui, c’est souvent la conséquence d’un refus visible), par contre je le fais des fois plus tard dans le bal.
     

Minimiser l’impact du refus :

J’essaie de me rapprocher de la danseuse avant de l’inviter, de manière à rendre un refus plus discret aussi bien pour moi que pour la danseuse.
Mesdames, vous n’imaginez pas l’effort que fait un homme quand il doit traverser la moitié du bal pour venir inviter publiquement une parfaite inconnue. C’est pour cela que si vous voulez danser il vaut mieux vous placer sur un point de passage du bal.


Gérer l’enjeu de la prise de risque :

A partir du moment où l’invitation est délicate, j’essaie de profiter au maximum de la danse. Ce qui se traduit, entre autres, par le choix du moment de l’invitation, si possible en début de tanda ce qui assure de danser au moins une tanda. Je n’invite quasiment jamais sur le dernier morceau d’une tanda.


Évidemment tout ça peut paraître un peu calculateur, mais ça explique pas mal de comportements masculins. N’oubliez pas que c’est pour inviter une parfaite inconnue sous le regard d’un vaste public en essayant de rendre l’expérience la plus agréable pour chacun.

Moi, ça me demande pas mal d’effort sur moi-même mais le jeu en vaut la chandelle.

août 11, 2006

Le Code, la BOMBARDE et l'Italienne

Ca y est, c’est la reprise !

Après plusieurs semaines de vacances où mon activité chorégraphique s’est limitée à la tentative, fructueuse certes, mais brouillon de mélanger disco et sacadas histoire de redonner un sens au fameux  « rentre-dedans » du Saturday Night.

Me voici donc de retour sur les pistes parisiennes post-caniculaire, avec un petit tour hier soir sur Les Quais.
Et là, mauvaise surprise, le bal de danse celtique et son ORCHESTRE s’était installé trop près de la milonga.

C’est très joli les danses celtiques mais c’est extrêmement BRUYANT…
Déjà en termes de volume sonore, pour tout dire lors de la retransmission du Festival Inter-Celtique de Lorient j’ai remarqué que les musiciens avaient des bouchons d’oreille.
Ensuite la présence sonore des instruments comme la BOMBARDE est digne de stentor, pas la peine d’écouter on n’entend plus que ça...

La première partie de la soirée a donc été gâchée, pour ma part, par l’omniprésence de la BOMBARDE au milieu des tangos,  pas évident de se laisser aller sur un bon vieux « Despues » de Libertad Lamarque quand on a l’impression d'être poursuivi par un régiment d’écossais…

Forte heureusement un orchestre se fatigue toujours plus vite qu’un phonographe, et la milonga pu retrouver sa sérénité à la fin de la soirée.

Blague à part, si c’est comme ça tout les soirs ça va être pénible pour le reste de l’été… Messieurs les organisateurs un petit effort, l’esplanade juste après le pont serait parfaite sans pour autant ostraciser nos collègues celtiques.

Ceci dit, pour danser j’aime beaucoup les quais, ça me rappelle combien Paris est foncièrement romantique ce que j’ai tendance à oublier dans le métro aux heures de pointe...  

Mon seul problème avec les quais c’est que je ne m’y retrouve pas avec les invitations (le côté patadura sans doute).
En effet, comme il y a beaucoup de touristes et de curieux, les codes classiques d’invitation du bal sont impossible à suivre, pas facile de savoir qui vient pour danser.
Et malgré mes vérifications (sur les chaussures par exemple) je me méprends souvent sur  les danseuses que je ne connais pas.

De plus, vu la configuration, c’est quasiment impossible d’inviter par le regard, on est presque toujours obliger d’allé demander avec des chances de tomber sur quelqu’un qui n’est pas venu danser ce qui est toujours embarrassant comme je suis un peu timide.
Comme j’aime bien inviter les danseuses que je ne connais pas ça me rend la tâche un peu compliquée.

Cependant ce côté informel a sa contrepartie puisque la profusion de danseurs et de danseuses de passage est l’occasion de belles rencontres.

Hier soir, mes tribulations sonores et réglementaires furent finalement récompensées par de belles tandas partagées avec une charmante italienne.