Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nov. 28, 2006

Référentiel galiléen

L'autre jour en sortant d'une boutique j'ai eu une sorte d'illusion de changement de référentiel que j'avais déjà eu en milonga sans parvenir à le décrire.

Tu me fais tourner la tête...Il y avait pas mal de la circulation et le vent emportait les feuilles mortes dans le même sens que les voitures. Cela donnait une impression de mouvement relatif inversé et pendant quelques secondes j'ai eu l'illusion, vu de l'encadrement de la porte, que c'était moi qui était en mouvement le long de l'avenue.

En fait j'ai déjà eu ce genre d'impression en regardant le bal. Au bout d'un moment si on se concentre sur le passage des danseurs on finit par avoir l'impression d'être en mouvement autour du bal et non l'inverse.

 P.S. : Non, j'ai rien pris et non, il n'en reste pas ;-)

nov. 20, 2006

Les danseurs de tango meurent aussi

En juin 2005 Carlos Gavito est mort.

Ne vous attendez pas à trouver ici un article nécrologique ou une longue biographie car en fait je ne l’ai jamais rencontré comme danseur, professeur ou artiste.

Cependant son nom ne m’était pas inconnu, de fait « El Gavito » était une véritable figure du tango, il était très célèbre.
Pour ce que j’en ai lu, il était un des piliers et gardiens du style milonguero, un danseur de la vieille garde, tellement connu que ses cours particuliers étaient presque aussi courus que ceux Pablo Veron.

Toujours est-il que ce vieux monsieur est mort au moment du festival d’été de Mephisto Tango à Paris.

Ce fût l’occasion d’un hommage que j’ai trouvé particulièrement poétique et émouvant.

Le DJ a interrompu le bal pour annoncer son décès puis a demandé aux danseurs de quitter la piste et d’écouter en silence un morceau à la mémoire de Gavito.

Il y avait cette grande piste vide avec seulement la musique et le public autour, exactement comme lors d’une exhibition de maestro… 

Franchement c’était comme s’il avait été présent sur la piste pour un dernier tango. Sans le connaître je pouvais me l’imaginer dans cette dernière tanda, glissant sur la musique dans la solitude de cette piste désertée.

Cette sensation, d’autres s’en souviennent sûrement, j’avais trouvé ça très émouvant, un peu comme si l’âme des danseurs disparus restait avec nous sur la piste.

Je ne serais certainement jamais un grand danseur, mais quand viendra le jour je crois que j’aimerais bien avoir la piste pour moi une dernière fois…

nov. 16, 2006

Elle te plaît celle-là ?

En fin de soirée je suis invité pour une dernière tanda par une charmante danseuse avec qui j’avais précédemment dansé.

La milonga touche à sa fin, il y a pas mal de place sur la piste et je me laisse aller à un peu plus de musicalité et d’émotion que d’habitude. 

Visiblement ma partenaire se rend compte de la différence, puisqu’elle me dit :

Après le premier tango « Dis donc tu l’aime bien ce tango »

Après le second « Et celui-là aussi il te plaît »

Après le troisième « hé bien, tu l’aime bien aussi celui-là »

Moi je dis qu’après trois tangos comme ça, plus de doute, ce n’est pas le morceau qui te plait mais la danseuse

nov. 13, 2006

Cheek to cheek

Toujours dans la série Danse et Séduction au Cinéma, une autre scène mythique.

Bon je sais, c'est pas du tango argentin mais quand c'est bon c'est bon !

D'ailleurs ça commence presque en milonguero au milieu d'un bal pour finir presque en tango nuevo au milieu du carton pâte.

Si on oublie le kitsch hollywoodien, par moment j'aimerais bien glisser tel un ange comme eux.

nov. 07, 2006

Milonga du théâtre Marie Bell

Important ! Cette Milonga est maintenant fermée, je laisse l'article en archive.

38 rue du boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris / Métro Bonne Nouvelle

de jour...de nuit...La milonga est située au deuxième étage dans les salons du foyer, l'entrée est à gauche du théâtre, sur les photos l'entrée est sur le côté en haut des marches derrière le parasol du restaurant.

Tous les mardis de 19h30 à 00h30 en hiver

Organisateur El Turquito  +33 6 13 60 72 25 / DJ Turquito

Entrée 6 euros sans boissons, bar entre 5 et 10 euros pour les alcools et à partir de 3 euros pour les softs et l'eau. Dernièrement le bar propose aussi un buffet de salades et fromages entre 10 et 15 euros.


la salle...La Milonga a lieu dans un des salons du théâtre qui est normalement un bar/club lounge.

La salle, bien que pas très grande, est assez spectaculaire grâce à sa hauteur de plafond avec des fresques, miroirs, dorures et moulures.

Un petit côté galerie des glaces mais en plus intime, pour danser on dispose d'un beau parquet en très bon état.la terrasse...

Le bal communique avec la terrasse qui donne sur les grands boulevards en été c'est très agréable et ça permet d'absorber un peu la foule, de respirer ou de fumer (c'est selon).


Il y a eu quelques changements dans la disposition dernièrement. Il n'y a plus qu'une seule rangée de chaise le long des murs ce qui augmente la largeur de la salle. La piste mesure à peu près 6 m par 10/11 m entourée de tables, elle n'est quand même pas très large ce qui a pour conséquence de rendre la circulation centrale difficile. A l'heure de pointe vers 11h30 c'est très serré, si on veut danser plus ouvert mieux vaut venir vers 10h00 ou en fin de soirée.

le croquis...

Sur le croquis, les surlignages en rouge représentent les zones de forte probabilité d'invitation; en particulier au niveau de l'entrée de la salle et de la terrasse ainsi que près du bar.

Le zones en bleu sont celles, mesdames, où vous avez le moins de chance d'être invitée, ce sont celles où l'on est le moins visible et qui demandent aux danseurs le plus d'effort... 


La musique est assurée par l'organisateur El Turquito qui organise aussi les bals du Mérivan et ceux de la Milonga Impériale.

En ce qui me concerne c'est un des très bons DJs parisiens, les tandas sont bien équilibrées, souvent originales. C'est un des DJs qui ne donne pas l'impression d'entendre le même bal d'une semaine sur l'autre...
Il passe toujours quelques tandas pures Tango Nuevo assez originales voire déroutantes sur les rythmes, j'adore ! C'est aussi un des rares a passer du Hugo Diaz et il a bien raison.

El Turquito respecte l'enchainement classique de 2 tandas de tango, 1 tanda de valse, 2 tandas de tango, 1 tanda de milonga. Les tandas sont de 4 morceaux. Il n'y a pas toujours de cortina entre les tandas de tango mais toujours avant celles de valses et de milongas.


Le public est assez représentatif des milongas parisiennes, pas très homogène en âge et en style, d'ailleurs le bal est rarement à l'unisson du fait de ce mélange des styles. En début de soirée on va plutôt trouver le public de cinquantenaires, les trentenaires arrivant plus tard en deuxième partie.le bal...

Ce n'est pas un bal très "élitiste" on voit tous les niveaux de danse, mais l'espace et la faible largeur ne rend pas forcément la partie facile aux débutants.

J'ai l'impression que ça invite pas mal avec une population homme/femme à peu près équilibrée. Les déplacements dans la salle n'étant pas forcément très faciles, mesdames, vous avez quand même intérêt à attendre sur les points de passage (les zones rouges de fait). La taille de la salle fait que même avec peu de monde on n'a pas l'impression d'être seul.

Les petits plus : Des cours sont proposés avant la milonga, mieux vaut se renseigner auprès des organisateurs. Par ailleurs en laissant son email on participe à une tombola qui permet de gagner des entrées gratuites pour les milongas organisées par El Turquito, c'est plutôt sympathique. Enfin la milonga est très bien placée sur les grands boulevards, avec le REX à côté c'est très facile de trouver un taxi pour le retour 


En conclusion : So far, pour moi c'est la milonga du mardi

  • Les plus : L'endroit original et facile d'accès, la programmation musicale.
  • Les moins : L'espace pas très grand quand même.